Comment bien choisir ses compléments alimentaires pour animaux ?

Publié le : 28 janvier 2022

[caption id="attachment_1303" align="aligncenter" width="1024"]Complément alimentaire pour animaux - Chat - santé chat - VetPocket Merci @celtic_lumos_bengal pour cette photo de la petite troupe ❤[/caption]

 

Près d’un français sur deux a déjà utilisé des compléments alimentaires dans son intérêt. Mais qu’en est-il des compléments alimentaires pour animaux de compagnie ? Votre animal aurait-il besoin, comme certains humains, de l’ajout de compléments alimentaires dans son alimentation ? C’est une excellente question !

Nous allons aborder ici ce qu’est un complément alimentaire, les principaux types qui existent sur le marché vétérinaire, mais également dans quels cas les utiliser, et surtout les précautions et les limites à leur utilisation.

 

Qu’est-ce qu’un complément alimentaire ?

Aujourd’hui, il est très facile de se procurer des compléments alimentaires pour animaux. Une large gamme de vitamines et autres compléments, sous toutes leurs formes et pour de nombreuses indications, sont disponibles à l’achat sur Internet ou en animalerie. Ils sont par exemple destinés à aider en cas de problèmes articulaires, à améliorer la qualité du pelage ou à apporter un soutien contre les problèmes digestifs.

 

Mais que se cache-t-il vraiment derrière l’appellation compléments alimentaires pour animaux ? Est-ce la même chose qu’un « aliment complémentaire » ?

Le règlement européen 767/2009 définit les « aliments complémentaires » comme des « mélanges d’aliments qui contiennent des taux élevés de certaines substances et qui, en raison de leur composition, n’assurent la ration journalière que s’ils sont associés à d’autres aliments pour animaux ».

Le « complément alimentaire » quant à lui, si l’on se réfère à la réglementation humaine est « une denrée alimentaire dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés ».

En résumé, on définit un « aliment complémentaire » comme un type d’aliment qui n’est pas équilibré pour une ration journalière. Un « complément alimentaire » permet de compléter un régime avec des substances ayant un effet nutritionnel. Ils doivent être associés à des aliments complets, c’est-à-dire des « mélanges d’aliments pour animaux qui, du fait de leur composition, suffisent à assurer une ration journalière ».

 

Aliments complémentaires VS aliments médicamenteux

Attention également à ne pas confondre un aliment complémentaire et un aliment médicamenteux, définit par la directive 2001/82 comme « tout mélange de médicament(s) vétérinaire(s) et d’aliment(s) préparé préalablement à sa mise sur le marché et destiné à être administré aux animaux sans transformation ultérieure, en raison des propriétés curatives, préventives (…) en vue de restaurer, corriger ou modifier les fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique, ou permettant un diagnostic médical ».

Ainsi, les compléments alimentaires pour animaux ne sont pas considérés comme des médicaments. De ce fait, ils ne nécessitent pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour être commercialisés. De plus, même si leur efficacité semble être observée en pratique, elle n’est pas toujours reconnue dans les études. Leur usage doit donc être raisonné. En effet, ces compléments ont des teneurs très élevées en un type de nutriment. On comprend aisément qu’une administration excessive pourrait avoir des effets délétères sur la santé de l’animal.

 

  • Quelques rappels sur la nutrition :

Une alimentation complète et équilibrée doit couvrir le besoin énergétique et alimentaire de votre chien ou de votre chat. En bref, elle doit apporter la quantité de calories nécessaire au maintien de son poids stable, et fournir tous les nutriments essentiels au bon fonctionnement de son organisme.

Rappelons que la ration de votre animal doit contenir des protéines (composées d’acides aminés), des lipides, des glucides (dont des fibres), et dans une moindre quantité, des macrominéraux, des oligominéraux et des vitamines. La proportion de ces différents nutriments évolue selon la race, l’âge et la santé de votre animal. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter nos articles sur l’alimentation du chien et du chat.

Ainsi, selon le stade de croissance ou les pathologies, l’apport de compléments alimentaires pour animaux peut se justifier. Il conviendra d’en discuter avec votre vétérinaire. Quels sont alors les différents types de compléments alimentaires pour animaux et leurs bénéfices ?

 

Quel type de compléments alimentaires pour animaux choisir ? 

Les oméga-3 et leurs bénéfices :

Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés et essentiels, ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Il n’est cependant pas capable de les synthétiser lui-même ; il est donc essentiel de les apporter par l’alimentation.

Les oméga-3 sont naturellement très présents dans l’huile des poissons gras, mais également dans les graines de lin, de noix ou de colza (sous des formes différentes). Cependant attention, comme pour la majorité des compléments alimentaires, leur effet s’observe au bout d’un à deux mois d’utilisation !

Il peut être intéressant de complémenter la ration de votre animal avec des oméga-3, notamment s’il s’agit d’un chiot ou d’un chien âgé. Cela permet d’augmenter leur concentration dans les tissus et les cellules membranaires.

Chez le chiot :

L’apport de certains oméga-3 comme l’EPA (Acide Eicosapentaénoïque) et surtout le DHA (Acide Docosahexaénoïque) permettent de favoriser le développement rétinien et les capacités cognitives (Kelley et Lepine, 2005).

Chez le chien âgé :

Lors du vieillissement, on observe souvent l’apparition d’inflammation chronique et l’augmentation du stress oxydatif. Cela peut avoir des conséquences sur la santé, en favorisant l’apparition de problèmes rénaux, cardiaques, neurologiques ou dermatologiques. Différentes études ont montré l’effet bénéfique d’une complémentation alimentaire en oméga-3, provenant surtout d’huile de poisson (riche en EPA et en DHA), chez les animaux souffrant d’arthrose. En effet, les oméga-3 (EPA, DHA) ont une action anti-inflammatoire en diminuant les concentrations en facteurs d’inflammation dans le sang (Roush et al., 2010).

Les oméga-3 peuvent aussi être utilisés de manière bénéfique, notamment chez les chiens présentant des troubles du rythme cardiaque, comme des fibrillations atriales (Laurent et al., 2008).

La complémentation en oméga-3 est également intéressante chez le chat, puisqu’elle pourrait contribuer, en association avec d’autres facteurs, à améliorer la survie des animaux atteints d’insuffisance rénale chronique (Plantiga et al., 2005).

Attention ⚠ :

Leur usage n’est pas sans risque, et des études ont mis en évidence des potentiels effets indésirables à l’utilisation excessive d’oméga-3.

 

Les chondroprotecteurs :

Un chondroprotecteur protège le cartilage, présent au niveau des articulations. Les principales molécules chondroprotectrices sont à base de sulfate de chondroïtine (précurseur des protéoglycanes, macromolécule formant la substance fondamentale du cartilage) et de glucosamine. Les chondroprotecteurs aident à la synthèse des cellules du cartilage et de l’acide hyaluronique, inhibent l’action d’enzymes responsables de la dégradation des chondrocytes (cellules formant le cartilage), et diminuent la douleur articulaire (Lippiello et al., 2000).

Leur complémentation peut se faire sous forme de comprimés, ou par l’intermédiaire de croquettes diététiques ayant une allégation pour le soutien de l’ostéoarthrose. Ils sont donc très intéressants chez les animaux souffrant de problèmes articulaires et notamment d’arthrose, si la prise en charge est précoce, et en complément d’un traitement spécialisé.

Il subsiste des zones d’ombre concernant l’efficacité réelle de ces molécules : les résultats cliniques sont inconstants et individu-dépendants.

 

Les antioxydants :

Les antioxydants sont des molécules qui ralentissent les phénomènes d’oxydation. Ils peuvent provoquer des dommages cellulaires, notamment sur l’ADN, les protéines ou les lipides, s’ils se produisent trop souvent dans l’organisme. Les antioxydants permettent donc de lutter contre le stress oxydatif.

Ces molécules sont multiples. Les plus connues sont certaines vitamines (E, A, C) et certains minéraux (sélénium, zinc). On peut les retrouver naturellement dans de nombreux fruits (oranges, tomates), dans les jaunes d’œufs ou dans certains légumes (brocolis, épinards).

Les vitamines interviennent globalement dans de nombreux métabolismes énergétiques.

Par exemple :

  • La vitamine A joue un rôle dans la vision, le renouvellement tissulaire et le système immunitaire.
  • La vitamine E permet la stabilisation des membranes et prévient la dégénérescence neuromusculaire. Une complémentation en vitamine E peut s’avérer intéressante dans la prise en charge de pathologies dermatologiques. Principalement chez les animaux âgés (chien et chat) pour renforcer le système immunitaire (Zicker et Wedekind, 2010).
  • Chez le vieux chien, des antioxydants pourrait limiter l’accumulation de dépôts d’amyloïdes dans le cerveau, et prévenir les dysfonctions cognitives liées au vieillissement (Cotman et al., 2002).
  • La vitamine C permettrait d'améliorer le pouvoir antioxydant et l’action de stimulation de l’immunité de la vitamine E (Hesta et al., 2009), à l’origine de maladies auto-immunes ou d’hypersensibilité. Une supplémentation peut permettre de diminuer les dommages musculaires chez les chiens sportifs. 

 

Attention aux doses administrées !

La vitamine C est très importante dans de nombreux processus, mais elle n’est pas essentielle pour le chien et le chat (leur organisme étant capable d’en synthétiser). 

Un excès en vitamines peut également s’avérer délétère pour l’organisme : une consommation excessive en vitamine A peut par exemple entraîner des problèmes hépatiques.

 

La complémentation alimentaire en probiotiques et en prébiotiques

Les probiotiques :

Les probiotiques sont par exemple les bactéries lactiques, retrouvées dans les produits laitiers.

Ce sont des micro-organismes, comme des bactéries ou des levures, qui peuvent être ajoutées à la ration de votre animal pour l’aider à réguler sa flore intestinale. Ils sont intéressants pour le traitement des troubles digestifs (diarrhée), ou lors de gastro-entérite. Leur usage peut aussi être préventif. Leurs effets sont bénéfiques sur la santé : ils agissent comme des régulateurs de la microflore intestinale et des stimulateurs du système immunitaire (Biourge et al., 1998, Baillon et al., 2004).

Leur usage est donc particulièrement intéressant chez les jeunes animaux au moment du sevrage, lors des transitions alimentaires ou encore lors d’un épisode de stress.

 

Les prébiotiques :

Ce sont les substrats, faisant partie des fibres alimentaires, qui stimulent la croissance des bactéries présentes dans le gros intestin. Ils peuvent améliorer la composition de la population microbienne intestinale, en réduisant la présence de pathogènes et de toxines. Ainsi, des prébiotiques comme les FOS améliorent l’absorption intestinale des minéraux. Les MOS sembleraient plutôt avoir un effet positif sur le système immunitaire des animaux (Pinna, C. et Biagi, G., 2014).

Une complémentation en prébiotiques sera alors intéressante chez des animaux souffrant de troubles gastro-intestinaux, d’insuffisances rénales ou hépatiques (Landlow M. V., 2006).

 

Une utilisation combinée de probiotiques et de prébiotiques a également l’avantage de favoriser la survie de ces organismes. Leurs effets en seraient également respectivement améliorés, on parle de synbiotiques (Pinna et Biagi, 2014).

 

Une utilisation raisonnée des compléments alimentaires pour animaux 

Nous avons détaillé les principaux types de compléments alimentaires pour animaux ainsi que leurs indications les plus fréquentes. L'administration de compléments alimentaires pour animaux doit être raisonnée et discutée avec votre vétérinaire. Il vous prescrira un complément alimentaire adapté et dosé.

Les aliments pour animaux, comme les croquettes, sont déjà supplémentés pour couvrir tous les besoins en minéraux et en vitamines de votre animal. En théorie, l’usage de compléments alimentaires n’est pas nécessaire si votre compagnon est en bonne santé et nourrit avec une alimentation adaptée. L’ajout de compléments dans la ration pourrait dépasser les doses journalières recommandées, ce qui n’est pas sans conséquences sur l’organisme.

Le recours aux compléments alimentaires est essentiel si vous donnez une ration ménagère non supplémentée, ou si l’aliment fourni est de mauvaise qualité. Dans ce dernier cas, il conviendra plutôt de passer à un aliment complet et de meilleure qualité.

Si votre animal présente une baisse de forme, rendez-vous chez le vétérinaire plutôt que d’utiliser un complément alimentaire dans le but de « rebooster » votre animal.

 

Les compléments alimentaires n’ont plus de secrets pour vous !

Bien que leur utilisation semble très efficace, leur utilisation doit être raisonnée et prescrite par un vétérinaire afin de ne pas dépasser les doses journalières recommandées. Prudence donc, et n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour avoir des conseils plus ciblés !

[caption id="attachment_1289" align="alignnone" width="768"]Choisir les compléments alimentaires pour animaux - Chat - VetPocket Photo de Noon de @noon_lechat 😻[/caption]

Bibliographie :

-Devaux C, Compléments alimentaires : atouts et limites, La Semaine Vétérinaire, 2019

-Kelley R. et Lepine A. J., Improving Puppy Trainability Through Nutrition, Iams Canine Pediatric Care Sympodium, 2005

-Roush et al., Evaluation of the effects of dietary supplementation with fish oil omega-3 fatty acids on weight bearing in dogs with osteoarthritis, Journal of the American Veterinary Medical Association, 2010

-Plantiga et al. Retrospective study of the survival of cats with acquired chronic renal insufficiency offered different commercial diets, The Veterinary Record, 2005

-Lenox C. E. et Bauer J. E., Potential Adverse Effects of Omega-3 Fatty Acids in Dogs and Cats, Journal of Veterinary Internal Medicine, 2013

-Lippiello et al., In Vivo Chondroprotection and Metabolic Synergy of Glucosamine and Chondroitin Sulfate, Clinical Orthopaedics and Related Research, 2000

-Zicker S. et Wedekind K. J., Antioxidants, Small Animal Clinical Nutrition, 2010

-Biourge et al., The Use of Probiotics in the Diet of Dogs, The Journal of Nutrition, 1998

-Baillon et al., Effects of probiotic Lactobacillus acidophilus strain DSM13241 in healthy adult dogs, American Journal of Veterinary Research, 2004

-Landlow M. V., Trends in Dietary Carbohydrates Research, 2006

-Pinna C. et Biagi G., The Utilisation of Prebiotics and Synbiotics in Dogs, Italian Journal of Animal Science, 2014

-Cotman et al., Brain aging in the canine : a diet enriched in antioxidants reduces cognitive dysfunction, Neurobiology of Aging, 2002

-Hesta et al., The effect of vitamine C supplementation in healthy dogs on antioxydative capacity and immune parameters, Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 2009

 

 

 




  Retour aux actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *